Ils chantent du matin au soir ...

 

Le désir, les défis entre rivaux, les jeux de séduction de l'oiseau sont très probablement les raisons principales de l'ébauche sonore qui envahit nos jardins dès les beaux jours. Toutefois, les cris et chants des oiseaux répondent à des fonctions multiples et beaucoup plus complexes qu'il n'y paraît...

 

Chante, je te dirai qui tu es !

Chez de nombreux oiseaux, le chant est un mode de communication essentiel car il permet la transmission à distance d'informations variées. La plupart des espèces s'entendent au moins à une centaine de mètres (le merle noir est même perceptible à plus d'un kilomètre, la chevêche à près de deux, et le "boom" du butor étoilé peut porter à plus de 6km, soit mieux que la plupart des talkies-walkies !)

Le chant est une signature sonore qui caractérise l'appartenance d'un individu à une espèce. Chaque espèce a son propre langage, ses codes de communication, ses usages en matière de diffusion des messages, c'est pour cette raison que le chant est le meilleur critère d'identification, pour ne pas dire le seul...

Le chant permet aussi aux oiseaux de se reconnaître individuellement. Les poussins sont capables d'identifier leurs parents à la voix et de répondre à leurs appels pour signaler leur localisation (c'est notamment le cas de nombreux oiseaux de mer qui vivent dans des colonies composées de millions d'individus).

 

Chanter chacun chez soi

En période de reproduction, l'objectif d'un mâle est d'assurer la pérennité de son patrimoine génétique, en d'autres termes, il doit trouver une femelle avec qui s'accoupler... Et pour la trouver, il doit défendre son territoire bec et ongles, le chant fait partie de son arsenal de défense. Des expériences ont montré que les mâles territoriaux que l'on empêche de chanter perdent plus facilement leur territoire que les mâles chanteurs. La territorialité par le chant évite donc aux mâles de se voler dans les plumes !

L'utilisation de chants partagés entre voisins joue un rôle d'apaisement social, comme une sorte de message de bonne entente. En cas de conflits, des oiseaux voisins adoptent des vocalisations non partagées, donc les divergences augmentent en fonction du niveau de menace. Des rivalités de vocalises se mettent alors en place, un véritable concert pour nous les humains !

Il est à noter que le chant peut aussi jouer un rôle territorial en dehors de la période de reproduction. Le rougegorge par exemple chante en hiver pour borner son domaine. De récentes études ont montré qu'à cette période de l'année, les femelles aussi peuvent chanter.

 

La fonction de séduction du chant

La fonction séductrice du chant n'est une surprise pour personne... Qui n'a jamais entendu le pinson des arbres pousser la chansonnette pour séduire sa future compagne ? Les mâles chantent la sérénade pour séduire les femelles. Mais cette conquête ne suffit pas toujours... Chez de nombreuses espèces, pour conserver les bonnes grâces de leur compagne, les mâles doivent poursuivre leurs vocalisations après la formation du couple. Durant toute la période où les femelles sont fertiles, les mâles rivalisent ardemment car, bien que les liens entre partenaires soient tissés, les femelles sont toujours très à l'écoute (et à la recherche) de mâles dotés du chant le plus attractif.

Mieux vaut donc continuer de chanter pour éviter que leur compagne ne s'envole avec le premier voisin venu... Ainsi, chez la huppe fasciée, c'est le nombre de strophes dans le chant qui fait la différence. Les mâles les plus attirants émettent durablement des chants composés de trois, quatre, voire cinq strophes. Pour une femelle huppe, une série de " houp-houp-houp-houp" indique la présence d'un superman dans les parages. Cela dit, plusieurs études relatives à une vingtaine d'espèces ont montré que dans les nichées, 50% des oeufs étaient fécondés par des mâles extraconjugaux... Qui a dit qu'il ne fallait pas mettre tous ses oeufs dans le même panier ?

 

Chanter, c'est la santé

Chez les oiseaux chanteurs, le chant représente un coût énergétique non négligeable, variable selon les espèces et selon qu'il est émis de nuit ou de jour. Les oiseaux en bonne santé peuvent faire face à cette dépense physique sans dommage... Mais les oiseaux affaiblis par la migration ou malades limitent considérablement cette activité, voire s'abstiennent totalement. Le chant est donc un moyen d'évaluer la condition physique de celui qui l'émet. Aux premiers jours du printemps, les nuits peuvent encore être très froides. Chanter à l'aube, c'est clamer au voisinage que l'on a survécu et que le territoire est toujours bien défendu : je chante donc je suis en forme !

 

Tendez l'oreille !

Dans les guides d'identification des oiseaux, les critères de détermination des espèces reposent essentiellement sur les éléments visuels. La partie descriptive des cris et des chants n'est généralement traitée que de façon succincte, parfois par transcriptions phonétiques difficiles à interpréter (même si un ornithologue expérimenté repère la majorité des espèces à l'oreille).

CRABIER CHEVELU sur un rocherVoici quelques conseils simples pour affûter votre oreille :

  • Fermez les yeux, cela vous aidera à isoler et différencier la multitude de sons.
  • Servez-vous de vos mains comme deux paraboles derrière les oreilles pour améliorer la perception et faciliter la localisation spaciale.
  • Tentez de faire une transcription des sons perçus pour augmenter vos chances de mémorisation lors de votre prochaine sortie.
 

 

Textes : Philippe Jourde, naturaliste LPO ( Extraits Oiseau Mag N°87)

Photos : JP LEAU et F. CROSET

retour aux articlesS'inscrire à la newsletter

Mon panier

Article Prix Supprimer
Votre panier est vide
Appel à don Protégeons les martinets Adhésion, dons, abonnenments, refugesCréer votre refuge LPOOffrez un Chèque Cadeau LPO