Les oiseaux et le froid : question de stratégie!

Mais comment font-ils pour passer l’hiver ?

Image 080116-057Parmi les différentes embûches qui pavent la vie des oiseaux, le froid constitue une réalité temporaire (l’hiver en zone tempérée) ou permanente (aux latitudes extrêmes) à laquelle ils doivent s’adapter grâce à des caractères anatomiques, des dispositions physiologiques ou des réponses comportementales qui déterminent leur survie.
(Chardonneret élégant)

Vole qui peut pour échapper à l’hiver !

Plutôt que d’affronter les rigueurs hivernales et le manque de nourriture, beaucoup d’oiseaux migrent vers des régions plus clémentes. Ainsi, de nombreux oiseaux disparaissent complètement de nos contrées pendant plusieurs mois : fauvette grisette, pouillots fitis, gobe-mouche gris, martinet noir, rougequeue à front blanc, loriot, pie grièche…Heureusement pour nous, ces disparitions sont compensées par l’arrivée d’oiseaux nordiques venus hiverner plus au sud : grives mauvis et litorne, pinson du Nord, sizerin flammé…

Éloge de la plume

Toutefois, de très nombreux oiseaux restent sur place à la mauvaise saison : ce sont des sédentaires. Ils affrontent alors de plein fouet le Image PINSON_ARBRES0026froid et les intempéries. D’une façon générale, les oiseaux sont en mesure de supporter des températures ambiantes fortement négatives, à condition d’avoir accès à une alimentation suffisante dont le rôle est de maintenir leur température interne autour de 41°C, sauf exception. Or c’est précisément en hiver, au moment où leurs besoins alimentaires sont les plus forts, que les ressources se raréfient ou deviennent inaccessibles à cause de la neige et du gelUn isolant thermique hors pair fait alors son œuvre : les plumes !


Le plumage est l’objet d’un entretien méticuleux et quotidien qui assure son imperméabilité : par la sécrétion mi- huileuse, mi-cireuse de la glande uropygienne de l’oiseau. Les plumes sont fixées à la peau par un système sophistiqué de muscles minuscules qui les rend érectiles : en ébouriffant son plumage, le rougegorge emprisonne à volonté un plus grand volume d’air qui accroît la couche isolante et limite les pertes de chaleur : c’est ni plus ni moins le principe du double vitrage !

(Photo : Pinson des arbres)

Deux pattes et un bec...

Image OIE_BEC_COURT0484Outre la « doudoune » de plumes qui les recouvre, les oiseaux ont aussi deux pattes et un bec ! Ces zones déplumées sont un sérieux avantage en été pour évacuer l’excès de chaleur mais deviennent problématiques en hiver car elles laissent échapper de précieux degrés ! C’est pour cette raison que de nombreux oiseaux tels que les oies cendrées se tassent sur leurs pattes qu’elles cachent entièrement sous les plumes ventrales. Les plus grands échassiers quant à eux se tiennent debout sur une jambe pour réduire la déperdition thermique. En Scandinavie on en voit même certains sautiller en alternance sur 2 pattes ! « Ensemble pour mieux se réchauffer » telle pourrait être la devise de nombreux passereaux de nos jardins. Vous avez sans doute déjà observé ces mignons assemblages de mésanges ou de troglodytes pelotonnés sur une branche pour former une masse plumeuse…

(Photo : Oie à bec court)

Un long sommeil

Image thumb_umpsarkozy_ump_sarkozy_hibernationLa stratégie de la nature la plus perfectionnée pour passer la mauvaise saison est sans doute celle qu’on pourrait qualifier de « mise en veilleuse ». Cela se traduit par un état de léthargie plus ou moins profond chez les mammifères et les insectes, avec parfois des réveils périodiques. C’est le cas des chauves-souris dont la température corporelle descend en dessous de 10°C, les battements du cœur ralentissent et la respiration se fait plus lente.

(Photo :Écureuil américain ou spemophile , en plein sommeil)

Comment les aider ?


Pour aider tout ce petit monde à trouver un abri tranquille et efficace, des aménagements très simples peuvent être réalisés : poser des hôtels à insectes remplis de paille et de tiges où les insectes se réfugieront. Pour les oiseaux, poser des abris aux quatre coins de votre jardin à environ 2 mètres du sol et disposer quelques graines sur des mangeoires ou bien encore des pains de graisse dès les premières gelées.

[ Cliquez ici pour en savoir plus sur le nourrissage des oiseaux en hiver ]


Idées d'aménagements faciles pour votre jardin

Image 50237 Image 50238

         Abri en osier                                                     Cosy Abri en osier Tipi


Image 1287 Image 2083

Gîte à hérisson en chêne                                      Rondin pour abeilles solitaires


Pour aller plus loin...


Image 49791

Image 47253


Image 22 Image 62421


Image omj009_100

Et pour les 7-12 ans, retrouvez dans l'Oiseau Magasine Junior n°9 un dossier spécial sur l'hiver dans la nature !





Créez un refuge LPO dans votre jardin !

Vous souhaitez créer une oasis de verdure sur votre balcon ou dans votre jardin? Rejoignez-nous en devenant dès aujourd’hui Refuge LPO !


Textes : Oiseau Magazine (extraits)
Photos : Fabrice Croset- C. Sidamon Pesson
retour aux articlesS'inscrire à la newsletter

Mon panier

Article Prix Supprimer
Votre panier est vide
Adhésion, dons, abonnenments, refugesCréer votre refuge LPOOffrez un Chèque Cadeau LPO