Les bonnes bases du nourrissage

 

En hiver, les oiseaux consacrent la quasi-totalité de la journée à rechercher de la nourriture, notamment pour résister au froid !

Leurs besoins énergétiques augmentent pour maintenir leur température corporelle. Les ressources alimentaires diminuent, jusqu’à devenir rares ou inaccessibles à cause du froid, de la neige ou du gel. De plus, les jours raccourcissent, ce qui leur laisse moins de temps pour rechercher leur ration quotidienne.

mesanges-bleues-mangeoire-alain-boullah

Nombre d’oiseaux, surtout les jeunes, ne survivent pas à l’hiver à cause des prédateurs (épervier, faucon, fouine, martre, chat…) ou en raison du climat.

Vous pouvez très facilement les aider durant cette période difficile en installant des mangeoires dans votre jardin ou sur votre balcon, et en leur proposant une nourriture riche et appropriée. C’est également une belle occasion d’assister à un spectacle sans cesse renouvelé et de découvrir des oiseaux souvent discrets le reste de l’année.

 

Où placer la mangeoire ?

Préférez un endroit abrité des intempéries et plutôt ensoleillé, bien dégagé pour que les oiseaux puissent surveiller l’arrivée de prédateurs, mais suffisamment près d’arbres où ils pourront se percher.

Soulignons néanmoins que dans un jardin, la nourriture disposée ne suffit pas, il est important de préserver une végétation indigène et autochtone, source d’insectes, fruits et autres baies. Il est donc vivement conseillé de planter des arbres et arbustes à baies ou arbres fruitiers (pommiers, poiriers, cerisiers...), des plantes à graines et de conserver également les arbres morts et branches creuses pour les insectes.

JO0901-Mangeoire-silo-XXXL-1

Quelle mangeoire choisir ?

Afin de répondre aux exigences alimentaires du plus grand nombre d'espèces d'oiseaux des jardins, il est conseillé d'utiliser divers types de mangeoires : plateaux, trémies, silos, mangeoires pour boules de graisse et fruits... Vous éviterez ainsi d'engendrer un attroupement sur un seul poste de nourrissage. Sans oublier un point d'eau fraîche toute l'année.

Pour vous permettre de créer votre aire de nourrissage, la LPO propose une gamme complète de mangeoires et de distributeurs qui ont prouvé leur efficacité.

 

Les mangeoires plateaux et trémies

Ces mangeoires sont les plus courantes et la plupart sont dotées d’un toit pour que la nourriture soit abritée de la pluie. Il suffit d'y déposer des graines ou des pains de graisse, selon le modèle de votre mangeoire.

JO0134-mangeoire-plateau-tramontane JO0788-mangeoire-carroussel JO0892-mangeoire-amalia-pains-de-graisse
 

La mangeoire de type trémie, à suspendre, fonctionne comme un distributeur disposé à la verticale. Les graines s'écoulent progressivement sur le plateau. Vous limitez le gaspillage, les risques de salissures et d'altération de la nourriture par temps de pluie. La gamme de mangeoires trémies de la LPO est fabriquée en Savoie, en sapin douglas, naturellement imputrescible. Ce bois constitue un répulsif naturel, sans traitement chimique, contres les insectes xylophages. Ce type de mangeoires convient particulièrement aux mésanges et aux chardonnerets.

JO0894-mangeoire-tremie-fanny-graines

JO0512-Mangeoire-bois-Paddy

 

Les mangeoires de type silos

Elles sont destinées aux mélanges de graines, au tournesol ou aux cacahuètes. Elles présentent l'avantage de protéger la nourriture des intempéries et des salissures. Leur système de perchoir sous les ouvertures permet aux oiseaux de s'alimenter en position naturelle. Elles rencontreront beaucoup de succès auprès des mésanges, des verdiers d'Europe et des chardonnerets élégants.

Mangeoire Silo Feedsafe avec un mélange de graines Mangeoire FlipTop avec un mélange de graines JO0441-Silo-Cacahuètes-The-One-30cm

 

 

Les mangeoires pour pains de graisse, boules de graisse sans filet, beurre de cacahuètes.

Vous pouvez aussi opter pour ces systèmes de suspensions destinés aux graisses végétales qui plaisent beaucoup aux oiseaux acrobates comme les mésanges.

JO0447-Mangeoire-boules-de-graisse-Valentine

 

Les postes de nourrissage complets

Ce sont de véritables « restaurants » de jardin de grande capacité qui allient esthétisme et praticité. Ils sont parfaits pour les plus ambitieux, les amoureux inconditionnels de l'observation et du nourrissage.


      Potence de nourrissage Maelys avec différentes mangeoires

 

Les mangeoires pour fenêtres et balcons

En ville, les oiseaux subissent encore plus le manque de nourriture. C'est pourquoi il est important d'installer des mangeoires sur vos fenêtres et vos balcons. Elégantes et discrètes, conçues pour les milieux urbains, ces mangeoires permettent d'observer les oiseaux picorer librement.

 

Mésange picorant sur une mangeoire du beurre de cacahuète sur une fenêtre

 

Quand nourrir les oiseaux ?

Le nourrissage peut débuter dès la mi-novembre et jusqu'à fin mars. Nous vous recommandons de nourrir les oiseaux essentiellemement durant la mauvaise saison et en période de froid prolongé.

Au printemps et en été, beaucoup d’entre eux deviennent insectivores et les plus jeunes doivent apprendre à se nourrir par eux-mêmes.

Si vous commencez le nourrissage, celui-ci doit être constant et régulier car les oiseaux prendront l’habitude de visiter votre mangeoire à des moments déterminés de la journée. Ils dépensent beaucoup d’énergie à lutter contre le froid pendant la nuit. Il est préférable de remplir les mangeoires le matin au lever. S’il neige, prévoyez un second remplissage en fin d’après-midi.

 

Quels aliments sont à privilégier ?

Beaucoup de passereaux des jardins deviennent granivores en hiver. Leur régime alimentaire se compose essentiellement de graines, de bourgeons, de baies, de fruits…

Les oiseaux sont des animaux à sang chaud, il est conseillé de limiter l'apport en graisse animale (lard, suif, saindoux...). Privilégiez plutôt les graisses d’origine végétale, si possible à base d’huile de colza, et en évitant l’huile de palme qui participe au déboisement des forêts. Il est préférable de proposer des mélanges de petites et de grosses graines, ainsi que d’autres formes de nourriture pour répondre aux besoins alimentaires de chaque espèce.

Les meilleurs aliments :

  • Mélanges de graines : ils permettent de répondre aux besoins de nombreuses espèces, quelle que soit la taille de leur bec. Le mélange optimal est composé de tournesol noir, de cacahuètes et de maïs concassé.
  • Pains de graisse végétale sans huile de palme.
  • Graines de tournesol (non grillées et non salées), si possible non striées. Les graines noires sont plus riches en lipides.
  • Cacahuètes (non grillées et non salées).
  • Amandes, noix, noisettes et maïs concassés (non grillés et non salés).
  • Petites graines de millet ou d’avoine.
  • Fruits flétris (pomme, poire, raisin).
 oiseaux-a-la-mangeoire-©Alain-Boullah

Attention : ne donnez jamais de lait aux oiseaux car ils ne peuvent pas le digérer et celui-ci peut être responsable de troubles digestifs mortels. Evitez également le pain qui gonfle rapidement dans l’estomac. Il contient trop de sel et le gluten provoque des maladies du foie. Le pain engendre des problèmes osseux chez les oiseaux sauvages, provoquant une malformation des ailes appelée « ailes d’ange » qui les empêche de voler.

Soyez, en outre, très vigilant à la composition des aliments achetés dans le commerce. Certains mélanges ne sont pas équilibrés, d’autres contiennent des colorants. Les mélanges de graines très bon marché ne sont pas recommandés. Quant aux boules de graisse, optez pour celles qui n’ont pas de filet afin d’éviter aux oiseaux de se coincer les pattes dans les mailles.

 

Comment éviter les maladies ?

Placez plusieurs postes de nourrissage à différents endroits pour limiter la surpopulation et nettoyez très régulièrement les mangeoires pour éviter la transmission de maladies par les fientes ou les restes d'aliments. Les mangeoires de type plateau requièrent un nettoyage quotidien. Ne laissez pas s’accumuler sur la mangeoire de grandes quantités de nourriture non consommée et évitez d’en répandre directement sur le sol. Pensez à déplacer votre poste de nourrissage au moins une fois pendant l'hiver.

 

Si des moisissures se développent dans les graines que vous distribuez suite à un stockage dans un endroit humide, jetez-les car elles pourraient entraîner une mortalité importante chez les oiseaux. N’oubliez pas de surveiller les oiseaux qui viennent à la mangeoire, si l’un d’eux vous paraît affaibli ou malade, il faut arrêter le nourrissage pendant 4 semaines afin de laisser le temps aux oiseaux de se disperser. Dans ce cas, nettoyez les mangeoires et les bains, désinfectez à l’eau de javel diluée à l’eau froide. Bien rincer à l’eau claire puis laisser sécher.

 

Pour un entretien régulier, nous vous suggérons d'utiliser un racloir et le kit de nettoyage.

Nettoyez vos mangeoires avec de l'eau savonneuse (savon de Marseille ou savon noir).

Pour éviter les moissisures dans les mangeoires de type silo, pensez aux granulés Feeder Fresh. En outre, l'utilisation d'une pelle à graines spéciale permet de remplir les mangeoires sans faire tomber de nourriture au sol.

A lire aussi : lire les conseils de Philippe Jourde, expert et naturaliste à la LPO.

Jouez et participez à l'étude sur le nourrissage des oiseaux

Lancée par le programme Vigie-Nature du MNHN, Birdlab est la première opération de sciences participatives associant jeu et observation sur smartphone ou tablette.

La 7ème saison de cette étude a commencé !

 

Trois étapes suffisent pour participer. Après avoir téléchargé l'application BirdLab, le statut de joueur est obtenu en effectuant quelques quiz d'identification des espèces d’oiseaux des jardins. L’expérience scientifique peut alors démarrer. Pour ce faire, il faut installer deux mangeoires identiques sur son balcon ou dans son jardin, les garnir de graines de tournesol et attendre que les oiseaux se posent. Le joueur reproduit leur activité en temps réel sur son écran tactile et peut enchaîner les parties.

Plus il y aura de parties réalisées, plus les scientifiques pourront comprendre la répartition des oiseaux communs dans les jardins en hiver et leur organisation pour se partager la nourriture. Avec 20 000 parties, les scientifiques auront une masse de données inégalée pour comprendre le rôle de certaines espèces dans la découverte de la nourriture dans les jardins en hiver. Le joueur, quant à lui, aura aussi accès, sur son téléphone ou sa tablette, aux statistiques de ses observations tout au long de l'hiver et également d'une année sur l'autre.

Téléchargez l'application BirdLab à partir du Play store ou de l'App store. De nouvelles fonctionnalités sont à découvrir pour cette saison 2020-2021 !

Crédit photos : Alain Boullah
retour aux articlesS'inscrire à la newsletter

Mon panier

Article Prix Supprimer
Votre panier est vide
Appel à don Protégeons les martinets Adhésion, dons, abonnenments, refugesCréer votre refuge LPOOffrez un Chèque Cadeau LPO