Œil d'expert

Jumelles Leica Noctivid : image parfaite et grand confort

Texte extrait de l'Oiseau Mag N°127 et écrit par Nicolas Mériau, spécialiste des tests optique de la rubrique pratique de l'Oiseau Mag.

 

Les jumelles Noctivid de Leica sont les plus abouties et les plus performantes de la gamme. Disponibles en deux modèles, 8x42 et 10x42, nous avons testé le modèle 10x42 sur le terrain, au cœur de la réserve ornithologique du Teich, en Gironde. Voici nos conclusions.

Comment améliorer encore des jumelles déjà exceptionnelles comme les Ultravid HD-Plus ? C'est la question à laquelle les équipes de Leica ont dû répondre pour concevoir les Noctivid. Elles ont travaillé sur deux axes : le confort d'utilisation et l'innovation optique. Parlons d'abord du confort. Les Noctivid ont un design à pont ouvert, une petite révolution pour Leica, l'idée provenant d'une marque autrichienne bien connue. Ce design rend la prise en main agréable et sûre, avec des fûts cylindriques et un centre de gravité qui tombe naturellement dans la paume. L'habillage en caoutchouc épais et antidérapant garantit une bonne tenue et une protection efficace contre les chocs. Les jumelles sont étanches jusqu'à une profondeur de 5 mètres grâce au scellage des différentes pièces, tandis qu'un laquage ultra-résistant de classe HS protège les surfaces métalliques du corps en magnésium.

 

Compacité appréciable

 

Les Noctivid sont légèrement plus lourdes que les jumelles de Swarovski et Zeiss, mais plus compactes en termes de longueur, de largeur et de hauteur. La différence de longueur est de 1 cm par rapport aux Swarovski EL et de 2 cm par rapport aux Zeiss Victory SF. Cela peut paraître minime, mais pour les randonneurs ou les ornithologues qui cherchent à limiter l'encombrement du matériel, c'est un avantage. Les oculaires offrent un dégagement oculaire supérieur à celui des Ultravid HD-Plus : 19 mm contre 16 mm, ce qui est très confortable pour les porteurs de lunettes. Pour ceux qui ont de bons yeux, il est possible de régler la hauteur des œilletons de façon optimale grâce à quatre crans. Le design des Noctivid est très sobre et fonctionnel. La molette de mise au point est large et ultra-rapide, manipulable facilement, même avec des gants, grâce à des stries larges. Elle est couplée à celle du réglage dioptrique, parfaitement lisible et permettant un réglage de ± 4 dioptries pour s'adapter à toutes les vues.

 

cut away nocitivid

Coupe des jumelles Noctivid

 

Optique de haut-vol !

 

Passons maintenant à la partie optique. Les Noctivid utilisent un système à prisme en toit avec traitement de correction de phase P40 et HighLux-System HLS, ainsi que des verres Schott HD, déjà présents sur les Ultravid HD-Plus. Les verres bénéficient toutefois d'un nouveau traitement de surface par procédé plasma à haute température qui améliore encore leur capacité à produire des images chromatiquement neutres et à transmettre la lumière de façon optimale (92% pour les 8x42, 91% pour les 10x42). La formule optique mise au point par Michael Hartmann l'est également. Comportant douze lentilles, elle permet d'obtenir une image d'une netteté et d'un contraste encore jamais atteints sur des jumelles Leica. Ajoutez à cela une modification du rayon de courbure des lentilles et vous obtenez en prime une netteté améliorée jusque sur les bords du champ d'observation. Tout cela est bien difficile à mesurer scientifiquement sur le terrain, mais compte tenu de l'expérience visuelle bluffante offerte par les Noctivid, on veut bien croire sur parole le communiqué de presse Leica !

Dans la réserve du Teich, les Noctivid se sont révélées parfaites. Le modèle 10x42 mm, avec son grossissement de 10x, permet de voir un oiseau situé à 100 m comme s'il était seulement à 10 m et, donc, d'observer de fins détails, comme ceux du plumage. On est alors frappé par le naturel des couleurs, sans aucune dominante colorée, et par la luminosité remarquable des jumelles, y compris quand la lumière commence à décliner. On apprécie par ailleurs le large champ visuel de 112 m à 1000 m qui, sans être le plus vaste du marché, permet de suivre sans difficulté le déplacement rapide d'un oiseau en vol. Dans les conditions d'observation difficiles, comme les contre-jours ou les transitions ombre-lumière (ou l'inverse), pas de problème non plus. Le contraste reste excellent et les reflets et autres halos sont réduits au minimum du minimum. Le mérite en revient à la formule optique, mais aussi à un nouveau système d'écrans qui capture l'excès de lumière à l'intérieur des fûts.

 

Jumelles LEICA noctivid

Jumelles LEICA Noctivid

 

En conclusion, ces Leica Noctivid sont des instruments quasi parfaits qui donnent satisfaction dans toutes les conditions de lumière. On choisira le modèle avec grossissement 10x pour donner la priorité au détail et le modèle 8x pour privilégier les observations au petit matin ou au crépuscule. Sur ce second modèle, en effet, le grossissement moindre permet d'élargir la pupille de sortie à 5,2 mm. Pour finir, et en cherchant la petite bête, on nuancera ce bilan enthousiaste en regrettant que la distance minimale de mise au point ne soit que de 1,90 m, alors qu'elle est de 1,50 m chez la concurrence. Et bien sûr, on soulignera qu'à 2500 ou 2600 € pièce, ce genre d'instrument n'est malheureusement pas à la portée de toutes les bourses. Le prix de l'excellence ?

 

À propos de l'auteur

 

Journaliste de presse écrite expérimenté et photographe. Après avoir fait ses premières armes en presse écrite régionale, Nicolas Mériau s'est orienté vers la presse magazine. Sa passion pour la photo et les formes d’expression visuelles l’a amené à se spécialiser progressivement et à participer à la création des magazines Objectif Photo et, surtout, Image & Nature, où il a occupé le poste de rédacteur en chef pendant 8 ans. Aujourd'hui journaliste indépendant, il est intéressé par la presse passion et les missions laissant une large part à la créativité et à l’artistique.

 

Extrait de l'Oiseau Mag N°127 page 76.
S'abonner à l'Oiseau Mag.
Crédit photo : Leica optique, Emile Barbelette.